Recherche dans le site

Accueil >Espace culturel>Conférences en ligne>Colloque René Bazin>Cinquième séance - La réception présente de René Bazin et de son oeuvre

Cinquième séance - La réception présente de René Bazin et de son oeuvre

Sous la présidence de Jacques RICHOU

Jacques Richou,
Officier général (c. r.), président de l’association des Amis de René Bazin

Il est angevin d’origine, ancien élève du Prytanée de La Flèche et de l’Ecole spéciale militaire de Saint-Cyr (64-66, option histoire) et de l’université de Caen, il est breveté de l’Ecole de guerre (94e promotion 80-82). Il a servi dans l’arme de l’infanterie, mécanisée et parachutiste, et participé à plusieurs missions opérationnelles : mur de Berlin (1968), Sénégal (1975), Côte d’Ivoire (1982)  et ex-Yougoslavie (à deux reprises au sein de l’OTAN en 1997 et 1998). Officier général depuis juillet 2001, il a dirigé l’organisme CiDAN, (Civisme Défense Armée Nation), au cabinet du ministère de la Défense, de 2001 à 2005.  

Arrière-petit-fils de l’académicien René Bazin, il a fondé et anime, depuis 2007, une association pour perpétuer le rayonnement de l’académicien. Parmi les raisons qui motivent son vif intérêt pour cet écrivain, il est sensible à l’expression de sa foi patriotique, insistant sur le rôle important et pérenne des armées, et des officiers en particulier, pour favoriser la cohésion nationale, et agir dans les domaines éducatifs et sociaux.

Martine TARAVEL, René Bazin et Hervé Bazin : deux écrivains, un terroir

Martine Taravel,
Docteur ès Lettres, université d’Angers

Originaire d’Angers, Martine Dufossé-Taravel y a passé son enfance, avant d’effectuer des études de lettres à l’université d’Angers. Ex chargée de cours à cette même université, en particulier d’un cours intitulé « Culture et innovation » dispensé aux étudiants de la maîtrise en innovation. Elle vit aujourd’hui à Paris. Auteur d’un essai littéraire intitulé « Les Bazin et la Province d’Anjou » paru en 1978 aux éditions du Choletais ; de deux romans : « Les sables mouvants » aux éditions Hérault, « Salicorne » aux éditons Les 2 Encres ; et d’un troisième roman à paraître en 2016 aux éditions Feuillage : « La Sentinelle Moustachue ».

René Bazin et Hervé Bazin : deux écrivains, un terroir.

Issus d’un même terroir, celui de la Province d’Anjou, les deux écrivains ont d’abord des racines communes. Et ces racines imprègnent fortement leurs œuvres respectives. Notre communication commencera par une brève présentation généalogique, avant de montrer de quelle manière la plume d’Hervé Bazin, tout comme celle de René Bazin, reste fidèle à un bagage culturel acquis dès l’enfance. Comment les demeures où ils ont vécu alors, les traditions familiales ou les coutumes, de leur milieu ont forgé la dynamique de leur pensée et de leurs fictions romanesques. Comment toute la vie de l’un, comme la vie de l’autre, a été marquée par une succession d’évènements reliés à une histoire et à une identité commune. Comment un grand nombre de leurs romans, situés à peu près dans les mêmes lieux, les dépeignent avec une réelle justesse. Et plus encore peut-être, comment les deux œuvres témoignent d’un même regard poétique, dont la muse est la nature angevine. Poursuivant notre promenade littéraire à l’aide de quelques extraits nous retrouverons dans les villages qui les ont inspirés, comme dans la ville d’Angers, un même type d’organisation et de hiérarchie sociale. Un même environnement humain, en somme. Les qualités et les travers de leurs familiers, les traits de caractère des habitants qu’ils ont aimés, détestés ou croisés, façonnent la chair et le verbe de leurs personnages romanesques. En conclusion, nous nous demanderons quelle résonnance les deux œuvres peuvent conserver voir retrouver dans le monde à venir.


Télécharger la vidéo HD par Université d'Angers

Grégory BOUAK, René Bazin et les « 4 B » : la pertinence d'une étiquette ?

Grégory Bouak,
Professeur de Lettres modernes

Titulaire d'un CAPES de Lettres modernes en 2004, il enseigne le français dans un collège de Neuilly-sur-Marne (93). De 2000 à 2012, il a rédigé pour divers magazines, en ligne et sur papier, plusieurs centaines d'articles consacrés à la musique de film, au cinéma et à la littérature fantastiques. Titulaire en 2005 d'un DEA de Littérature comparée consacré à Francis Berthelot et Clive Barker, deux auteurs majeurs du fantastique contemporain, il a participé à plusieurs colloques et publications sur J. R. R. Tolkien, Stephen King et la littérature gothique. En parallèle, toujours passionné de littérature française du XIXe siècle depuis sa maîtrise de Lettres modernes consacrée à Leconte de Lisle en 2002, il s'intéresse également à plusieurs écrivains oubliés de l'entre-deux-siècles (Coppée, Bourget, Lorrain, Barrès, Régnier et bien d'autres), auxquels il va consacrer très prochainement un site Internet. Il a participé au colloque « Lire Frédéric Mistral en 2014 » et fait partie de la Société des lecteurs d'Henri de Régnier. Il travaille actuellement à une biographie de François Coppée.

René Bazin et les « 4 B » : la pertinence d'une étiquette ?

Si des lecteurs curieux cherchent à se renseigner aujourd'hui sur René Bazin, ils le trouveront très certainement lié, sur les pages Internet ou les préfaces récentes le concernant, à un groupe d'écrivains nommé « les 4 B ». Cette appellation n'a rien d'officiel, il ne s'agit en aucun cas d'un mouvement ou d'une école littéraire au même titre que d'autres, mais elle semble assez unanimement relayée depuis au moins vingt ans, au point de constituer, semble-t-il, l'axe principal qui résumerait à la fois leur vie et leur œuvre. La présente étude, dans le cadre d'une redécouverte de René Bazin, se propose un double objectif. Tout d'abord, elle visera à présenter l'écrivain dans le cadre de ce mini-cénacle, à le situer par rapport à ses prestigieux contemporains que sont Paul Bourget, Maurice Barrès et Henry Bordeaux : elle étudiera donc à la fois les relations entre eux (amitiés, correspondances, dédicaces, projets communs) et les proximités entre leurs œuvres en s'appuyant sur quelques thèmes et centres d'intérêt précis. Cela permettra en outre de se demander, si le regroupement de ces quatre auteurs a une réelle pertinence, ce que peut signifier la notion de « traditionalisme » en littérature : y aurait-il des critères, outre les critères religieux, qui permettraient de définir un auteur « traditionaliste » ? Ensuite, cette étude amènera à montrer en quoi les « 4 B » ont pu exercer une sorte de magistère moral et incarner une véritable autorité à leur époque, pour avancer et soutenir l'hypothèse selon laquelle c'est précisément leur qualité de « 4 B », que nous aurons présentée, qui peut expliquer leur oubli aujourd'hui.


Télécharger la vidéo HD par Université d'Angers

Mathias BURGÉ, La mémoire actuelle de René Bazin : vers la fin du processus de « décristallisation mémorielle » ?

Mathias Burgé,
Professeur agrégé d’histoire

Né le 30 juin 1988 à Issy-les-Moulineaux. Etudes de sciences humaines : classes préparatoires littéraires (hypokhâgne et khâgne) au lycée Fénelon (2006-2009), masters 1 et 2 d’histoire contemporaine (spécialité histoire culturelle) à l’université Paris 1 Panthéon-Sorbonne (2009-2011), agrégation d’histoire (2013). Enseignement : actuellement professeur d’histoire-géographie au lycée Rabelais de Meudon (92), codirecteur du club Histoire du lycée Buffon (75) et interrogateur en classes préparatoires ECS au lycée Hélène Boucher (75). Recherches : auteur d’un mémoire de master consacré à René Bazin (Mémoire de la décadence, décadence de la mémoire. L’incroyable oubli de René Bazin, 2011), première étude véritablement historique de l’œuvre du romancier ; auteur avec François Comte de la postface de la réédition de Magnificat chez Via Romana en 2012.

La mémoire actuelle de René Bazin : vers la fin du processus de « décristallisation mémorielle » ?

La communication porte sur la mémoire de René Bazin et tente de décrire le processus complexe de « décristallisation mémorielle » dont le romancier angevin est victime. La terminologie est ici empruntée à l’historien Pascal Ory, spécialiste de l’histoire culturelle, qui parle de « cristallisation mémorielle » pour désigner ces moments où la mémoire des objets culturels se constitue, où ces objets reviennent à la mode après une époque plus ou moins longue d’oubli relatif ou absolu. La mémoire de René Bazin a ceci de particulier qu’elle suit le mouvement inverse : son œuvre passe d’un immense succès à un oubli total et connaît donc une « décristallisation mémorielle », une période de déconstruction voire de destruction de la mémoire. L’analyse sera menée en trois temps : d’abord une présentation rapide de la fortune critique contemporaine de l’auteur (son immense succès de son vivant), puis la démonstration de son oubli à partir des années 1960 et une réflexion sur les causes de cet oubli (assimilation de la doctrine bazinienne au régime de Vichy, déclin du catholicisme et modernisation des campagnes françaises), enfin l’esquisse de la résurrection mémorielle qui s’opère depuis le début des années 2000 grâce au dynamisme de l’Association des Amis de René Bazin et au renouvellement des études scientifiques consacrées à l’académicien, dont le présent colloque est la preuve la plus évidente. 


Télécharger la vidéo HD par Université d'Angers

© Département de Maine-et-Loire - Tous droits réservés