Le vote des femmes

Un droit difficilement conquis

L’ordonnance signée par le Général De Gaulle le 21 avril 1944 met un terme à l’exclusion des femmes du suffrage. Les femmes obtiennent le droit de voter et d’être candidate aux élections suite à un amendement du communiste Fernand Grenier à l’Assemblée consultative d’Alger. Les associations de femmes se sont battues pour cette cause dès le début du XXe siècle et ont failli aboutir en 1919, mais le sénat avait alors bloqué les propositions de loi : la droite par conservatisme et la gauche par crainte de voir les femmes voter selon les directives de leur curé. En avril 1944, les débats sont encore nourris des craintes d’hommes qui voyaient les femmes voter à leur place tandis que les déportés (prisonniers de guerre, requis du travail, STO…) ne seraient pas rentrés pour voter : il y aurait 62 % de femmes dans le corps électoral. 

Premières électrices

Cette affiche « 53% du collège électoral » fait état d’un chiffre plus conforme à la réalité. D’avril 1945 à octobre 1946, les scrutins se succèdent et les femmes participent à la naissance de la Quatrième république. 12 millions d’électrices votent sous l’œil des journalistes, des photographes et des caricaturistes, qui brocardent largement la prétendue stupidité des électrices. Le temps de la parité n’est pas encore venu.

© Département de Maine-et-Loire - Tous droits réservés