Mai 68 et les occupations d'usine

« Mai 1968 – Alors, on participe ? » Fonds Galisson, 1968.

Un symbole de mai 68

Cette affiche réalisée au pochoir de manière artisanale insiste sur un aspect symbolique de Mai 68 : l’image d’un pays paralysé par la plus longue (entre 18 et 28 jours selon les secteurs) et la plus massive grève de l’histoire. Spontanée, la grève touche l’Ouest de la France dès le 13 mai. L’occupation de l’usine Sud-Aviation Bouguenais près de Nantes est la première à être médiatisée par la radio et la télévision. Elle s’accompagne de la séquestration des cadres. Suivront les usines Renault, la SNCF, EDF et la poste et de nombreuses entreprises industrielles privées.

Une mobilisation d'ampleur courfonnée de succès

Les historiens estiment à sept millions le nombre de grévistes. La CGT et la CFDT tentent d’accompagner le mouvement. Dans les usines, des comités locaux organisent des discussions où s’expriment des aspirations à un décloisonnement social. Ils organisent au sein de l’usine la propreté et la défense contre une éventuelle intervention policière. Les accords de Grenelle signés entre le patronat et les syndicats le 27 mai couronnent le mouvement d’un certain succès : augmentation des salaires et reconnaissance de la place des syndicats dans l’entreprise. 

© Département de Maine-et-Loire - Tous droits réservés