Un imprimeur angevin sous l’Occupation : Siraudeau

La société Siraudeau est depuis 1900 l’une des plus importantes imprimeries d’Angers. Entreprise familiale, installée place de la Visitation près de la gare d’Angers, elle est dirigée depuis 1924 par Hélier Siraudeau qui devient alors président du syndicat des maîtres imprimeurs du Maine-et-Loire. C’est ce statut qui lui vaut en 1940 d’être l’intermédiaire officiel entre le bureau de propagande allemand et les imprimeurs locaux.

Place de la Visitation, Angers, début XXème s. (6 Fi 340)
L’imprimerie Siraudeau est située sur la gauche dans le bâtiment d’un seul étage

Une période confuse entre émetteur et auteur des informations

C’est donc à Siraudeau que toutes les directives allemandes et celles de la préfecture sont adressées afin d’être imprimées, d’où la mention du nom de l’imprimerie, associé à un numéro de visa au bas des affiches officielles. L’affichage public pendant l’occupation est un sujet politique très sensible car il rend visible dans les villes les décisions de l’occupant et notamment les mesures de répression, ce qui conduit à la confusion entre l’auteur de l’information et le média lui-même. Ainsi, à la Libération, l’imprimerie Siraudeau est-elle inculpée d’avoir exercé « une influence néfaste et anti-française sur l’esprit de la population » notamment par l’impression du journal Le Maine-et-Loire, très proche des idées collaborationnistes. Dans un premier temps condamnée, la société Siraudeau est finalement acquittée. Hélier Siraudeau restera à la tête de l’entreprise jusqu’en 1977.

Avis allemand destiné aux ressortissantes allemandes âgées de 56 ans à 65 ans qui doivent se présenter au gymnase municipal, rue Jules-Dauban, à Angers, le 3 juin [1940].
Imprimerie H. Siraudeau, 1940 (7 Fi 367)

© Département de Maine-et-Loire - Tous droits réservés