Recherche dans le site

Accueil >Histoire de l'Anjou>Pages choisies

Pages choisies

Le « trésor » de l’Abbaye royale de Fontevraud.

De quel trésor s'agit-il ? Tout simplement du magnifique ensemble que représente le chartrier de cette grande abbaye fondée en 1101 par Robert d’Arbrissel, aux confins de l’Anjou, de la Touraine et du Poitou, et dont les précieux cartons et registres sont conservés depuis deux siècles aux Archives départementales de Maine-et-Loire.

>> Consulter la page "Le « trésor » de l’Abbaye royale de Fontevraud."

1944 : l’Anjou libéré

Après quatre années d’une difficile occupation, l’année 1944 verra la reconquête du territoire angevin, deux mois à peine après le débarquement des alliés en Normandie.

>> Consulter la page "1944 : l’Anjou libéré"

La guerre fratricide de l’Anjou

« Détruisez la Vendée et la République sera sauvée »…
En août 1793 Barrère, devant la Convention, donnait au soulèvement des paysans de l'ouest une dimension nationale. L'expression « Vendée militaire » était née.
L'histoire a retenu sous le nom de « Guerres de Vendée » ces combats fratricides qui opposèrent, entre Loire et bocage vendéen, entre le littoral et Parthenay les « bleus » et les « blancs ».

>> Consulter la page "La guerre fratricide de l’Anjou"

Les Angevins et le Nouveau Monde

Il n'est que justice de rendre hommage aux Angevins qui, délaissant la douceur de leur pays, furent les pionniers des terres du Nouveau Monde. Même si ce mouvement ne concerne qu’un nombre limité de personnes (au plus quelques centaines), deux d’entre eux auront marqué l’histoire par leur action : le Royer de La Dauversière qui fonda Montréal et Gaultier de la Verendrye, considéré comme l'un des trois grands découvreurs de l'Ouest Américain.

>> Consulter la page "Les Angevins et le Nouveau Monde"

Le premier siècle du cinéma en Anjou

« Nous apprenons que Monsieur Gasnault, propriétaire du Café du Théâtre, vient de louer sa salle du premier étage à Messieurs Lumière, de Lyon, qui obtiennent en ce moment à Paris et dans toutes les capitales de l'Europe, un succès considérable avec leur appareil de cinématographe. Cet appareil, d'après une série de photographies instantanées, reproduit en les projetant sur un écran grandeur naturelle, toutes les personnes prenant part aux scènes de la vie en leur donnant le mouvement réel. Nous croyons prédire un grand succès à ce spectacle inconnu ici, et nous félicitons Monsieur Gasnault de nous donner cette attraction toute d'actualité »

>> Consulter la page "Le premier siècle du cinéma en Anjou"

Quand la Hongrie était angevine…

Voici qu'en ce début du XIIIème siècle s'éteignent en Anjou les derniers feux de la grande dynastie des Plantagenêts, désormais – pour un siècle – retranchée en Angleterre. Que va devenir la province ? Une simple partie du domaine royal, comme l'a voulu Philippe Auguste, vainqueur des fils d'Henri II ? Non, son destin sera tout autre, et par la grâce d'un autre prince, Charles d’Anjou le conduira jusqu'aux terres lointaines d'Europe orientale, ceindre pour plus d'un siècle la couronne de saint Etienne, le légendaire fondateur de la Hongrie.

>> Consulter la page "Quand la Hongrie était angevine…"

© Département de Maine-et-Loire - Tous droits réservés