Recherche dans le site

Accueil >Espace culturel>Expositions>Joseph Wresinski

Joseph Wresinski,
paroles pour aujourd'hui

 

À l’occasion du centenaire de la naissance à Angers de Joseph Wresinski, fondateur du Mouvement ATD Quart Monde, les Archives départementales, détentrices d’un certain nombre de documents ayant trait à son enfance et à sa jeunesse, ont voulu les faire connaître au public, et les mettre en regard de la réalité actuelle du Mouvement.

Ainsi Éric Jabol, photographe des Archives départementales, a suivi les membres d’ATD Quart Monde en Anjou dans leurs activités, de mars à juillet 2017. À partir de ce reportage est présenté un choix de 30 photographies, mises en résonance avec la pensée du fondateur, qui en montrent la portée et l’actualité dans le monde d’aujourd’hui.

Les traces de la présence de la famille Wrzensinski

Wladislaw Boleslaw Wrzesinski, le père, est né à Shrinne, près de Poznan (actuelle Pologne) le 1er août 1879. Il quitte son pays à 24 ans et épouse à Madrid Lucrèce Stellas. Leur premier fils nait à Madrid le 12 juillet 1912. La famille quitte alors Madrid pour retourner à Poznan, puis rejoint Paris en septembre 1913. Une fille, Sophie, y nait le 12 juillet 1914. 

Après la déclaration de guerre, les étrangers sont regroupés dans des centres de rétention. Les Wrzesinski sont envoyés à Saumur, où ils arrivent le 10 août. Le 2 octobre, le camp est fermé. Mme Wrzesinski et ses enfants sont hébergés au petit séminaire Mongazon, le père est incarcéré au fort de Crozon. En février 1915, il peut rejoindre sa famille à Angers et s’installe dans l’ancien Grand séminaire, aujourd'hui lycée Du Bellay. 

La situation dans ces hébergements est dramatique, tant du point de vue du ravitaillement que de l’hygiène. La petite fille, Sophie, décède le 16 avril 1916. Joseph y naîtra un an plus tard, le 12 février 1917. Au début de l’année 1918, les Wrzesinski quittent le « Refuge » (nom donné à la maison des réfugiés de l’ancien séminaire) pour le quartier Saint-Jacques, où ils habitent plusieurs logements pour se stabiliser 14 bis, rue Saint-Jacques, au rez-de-chaussée d’un bâtiment en arrière-cour. 

Deux enfants naîtront par la suite, Antoinette le 20 février 1920 et Martin le 22 mai 1922. Le père, dans l’incapacité de trouver emploi et ressources, quitte sa famille en 1929 pour retourner en Pologne. 

Les traces de la famille Wrzesinski (qui orthographie désormais son nom en « Wresinski », relèvent donc du suivi administratif de la famille : registres d’étrangers internés, correspondances, dossiers d’instruction pour délivrance de carte d’identité, contrats d’apprentissage, etc. Ils témoignent de l’insertion difficile, mais finalement voulue réussie (à l’exception du père), de la famille dans la société française.

Reportage photographique auprès d'ATD-Angers

Pour témoigner de la présence et de l’action actuelles du Mouvement ATD Quart Monde, Éric Jabol, photographe des Archives départementales, a accompagné leurs activités durant plusieurs mois. Ainsi, il a pu assister aux réunions internes du Mouvement qui permettent son fonctionnement, à une université populaire qui constitue le cœur du dialogue au sein du Mouvement et avec les partenaires extérieurs, à une sortie familiale, etc. Il a pu accompagner l’activité de la bibliothèque de rue, celle de la « Fabrique Café », lieu de réinsertion sociale et la formation professionnelle. 

30 photographies ont été plus particulièrement sélectionnées, représentatives de la diversité des actions du Mouvement et de son esprit. 

© Département de Maine-et-Loire - Tous droits réservés